Festival Juste pour rire | Rêveurs Définitifs – Un voyage dans l’iréel ! - GOON : LE DERNIER DES DURS À CUIRE | TAPIS ROUGE - FINALISTES DES PRIX GÉMEAUX 2017 ! - Lettre ouverte aux Prix Gémeaux 2017 - La programmation extérieure du 35e Festival Juste pour rire ! - Juste pour rire s’implante en Afrique !! - Les finalistes des 32es prix Gémeaux sont… - LEVÉE DE FONDS OSEZ ! - Le problème d’infiltration | Tapis rouge ! - Une très grande première ou un très grand classique | FOOTLOOSE - Conférence de presse | TRIOMPHE DE L’ARGENT - FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA ET BLADE RUNNER ! - Le gala des Prix Gémeaux 2017 - FOOTLOOSE LA COMEDIE MUSICALE | EXTRAITS DE PRESSE ! - Mozart Group au Théâtre Jean-Duceppe ! -

Mes nuits feront écho | Sophie Goyette FNC 2016

Montréal le 11 octobre 2016 – Dans le cadre du festival du nouveau cinéma (FNC), Black Woman Production a rencontré la réalisatrice et scénariste Sophie Goyette. Connu pour ses courts métrages, dont La ronde (2011) et Le futur proche (2012), elle lui parle de son premier long métrage de fiction, Mes nuits feront écho qui sortira en début 2017.

Tourné au Québec, au Mexique et en Asie, Mes nuits feront écho raconte le parcours de trois personnes de génération et nationalité différentes qui décident de prendre des actions pour changer leurs destinés. C’est dans de profondes réflexions sur leurs vies et images mentales qu’Éliane, Romes et son père Pablo poursuivent leurs rêves avant qu’il ne soit trop tard.

QUELS SONT LES DÉFIS PROPOSÉS DANS TON ŒUVRE ?

« Que le film soit tourné dans trois pays, quatre langues, deux continents…! Mais c’était pour moi des plus enrichissants. Si on est bien préparé, qu’on s’y donne à fond et qu’on s’alloue du temps, tout est sincèrement possible. Quelque chose qui m’a marquée est que chaque culture possède son propre rythme de langage – il a fallu qu’on répète et que je fasse plusieurs prises pour que tous les personnages et toutes les contrées visitées appartiennent au « même film » – j’ai beaucoup misé sur la direction d’acteurs ».

Avec ce film Sophie Goyette souhaite passer le message que dans la vie il faut garder espoir, que vous avez droit de vous questionner, de changer de vie et que tout reste possible. C’est cette idée qui l’a incité à choisir le titre du film, qui prend son sens au fil de l’histoire et à la fin du film. Et selon elle, l’écho le plus fort reste entre un film et son spectateur.

« Pour moi, il résonne déjà comme une touche d’espoir au cœur des personnages. Ce qu’ils vivent peuvent déjà faire écho entre eux, à travers leurs différents chemins qui se croisent, mais aussi aux spectateurs qui les suivent et les accompagne ».

Quant aux acteurs, Sophie les a choisis instinctivement et le plus humainement possible, mais elle dit avoir tout de même écouté beaucoup de films mexicains et tendu la perche à des réalisateurs qui travaillaient là-bas afin qu’ils puissent la référer à des candidats potentiels. Le plus important était de trouver des talents qui seraient empreints de sensibilités afin d’éviter l’aspect carte postale d’un film et que le spectateur reste, avant tout, centré sur les secrets intime des personnages.

Aussi, Sophie se dit être tous les personnages, tour à tour, elle se retrouve dans chacun d’eux. Que ce soit dans le parcours musical d’Éliane (Éliane Préfontaine), pour les qualités visuelles de Romes (Gerardo Trejoluna) ou l’attrait littéraire de Pablo (Felipe Casanova). Ce sont des éléments qu’elle souhaite partager aux publics.

« J’ai eu la chance de travailler avec Éliane Préfontaine dans mon court-métrage La Ronde. Elle est issue d’études en composition musicale classique, est douée et je la voyais dans ce rôle – le processus a été naturel. Pour mes deux acteurs, j’ai visionné beaucoup de films mexicains et j’ai tendu la perche à des réalisateurs et d’autres personnes qui travaillaient là-bas et pouvaient en connaître, puis je suis partie en repérage pour tous les rencontrer et les choisir instinctivement mais aussi humainement. Leur talent et leur sensibilité étaient bien sûr importants pour moi, mais je voulais aussi voir avec qui humainement je voulais vivre cette aventure ».

Enfin, le film laisse une très grande liberté d’interprétation sur les réflexions à retenir et c’est voulu. « J’aime les fins ouvertes. Les trois points de suspension pour que le spectateur le complète, que ça devienne son film. Qui l’espère l’accompagnera au-delà des salles et restera peut-être en lui. À la fin, le film lui appartient ».

Portrait – Sophie Goyette from Evelyne Morin-Uhl

Synopsis

La nuit porte conseil; elle apparaît aussi comme un moment propice aux révélations pour trois personnages de génération différente. Ils sont trois, de culture et surtout de génération différente. Éliane, Romes et Pablo décident de poser une action dans leur vie respective avant qu’il ne soit trop tard. Reconnue pour ses courts métrages (Le futur proche, La ronde), Sophie Goyette capte avec une attention particulière la quête de trois protagonistes qui arrivent à un moment charnière dans leur cheminement personnel. Avec ce premier long métrage, elle livre une œuvre méditative qui s’imprègne des questionnements universels propres à la nature humaine – Source FNC

Mes nuits feront écho sort en salle en début 2017 en version française, anglaise, espagnol et mandarin. Le film est distribué par la Distributrice de films.

Article | Claud-Aline Bellamy